Analyses : Enjeux géopolitiques

Appel : La France ne doit pas brader l'île de Tromelin

Par un vote qui aura lieu le 18 janvier à l'Assemblée nationale, la France s'apprête à céder de fait, et sans contrepartie, une part de notre territoire national, l'île de Tromelin et son considérable domaine maritime dans l’Océan Indien.

Dans  une tribune  publiée par Figaro Vox, le 9 janvier, le député Philippe Folliot et l’écrivain Irène Frain rappellent que l’île de Tromelin génère un potentiel économique exceptionnel, 280 000 km² de zone économique exclusive. Presqu'autant que les 345 000 km² de la France hexagonale, Corse comprise. C'est ce patrimoine qu'un traité dit  de cogestion  signé, de façon très discrète, le 1er juin 2010, prévoit de céder à l'Île Maurice sans contrepartie aucune si l'Assemblée nationale le ratifie le 18 janvier prochain, «approuvant ainsi sans réflexion l'aveuglement de nos diplomates et la lâcheté de certains politiques ». 

Lire l'appel en entier

 

 

 

Zeina El Tibi sur France 24

Retrouvez la rediffusion du passage de Zeina El Tibi sur France 24 sur la visite de Rohanie et la Syrie. Cliquez sur l'image pour voir la vidéo. 

Emirats arabes unis : tradition et modernité

Organisé sous le patronage de Cheikh Mohamed ibn Zayed el Nahyan, Prince héritier d’Abou Dhabi et Commandant en chef adjoint des Forces
armées des Emirats arabes unis, le troisième festival annuel de Qasr Al Hosn a eu lieu à Abou Dhabi du 11 au 21 février 2015. A la même période
se tenait à Dubaï, le sommet du gouvernement sur le thème « penser le gouvernement du futur » en présence de nombreuses personnalités
internationales. La concomitance de ces deux événements démontre que les Emirats arabes unis sont engagés dans un processus d’intense
modernisation dans le respect de leurs traditions ancestrales.

Lire l'article 

Egypte-Ethiopie : la guerre de l’eau aura-t-elle lieu ?

Par Charles Saint-Prot 

Le Nil est le plus long fleuve du monde avec ses 6 671 kilo­mètres et un bassin réparti entre onze pays : le Burundi, le Congo, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud et la Tanzanie. Le projet de grand barrage éthiopien « Renaissance » qui devrait être le plus grand barrage d’Afrique, sur le Nil en aval de la frontière avec le Sou­dan, suscite les plus vives inquiétudes en Egypte où l’on considère que l’Éthiopie a profité des désordres de la révolution de 2011 pour lancer la construction de ce barrage en mai 2013. 

Lire l'article 

 

L’évolution constitutionnelle de l’Egypte

 

 

A la suite de la révolution égyptienne du 30 juin 2013, une Commission constituante d'une cinquantaine de membres a été chargée de proposer un projet de Constitution. Le texte approuvé par la Commission, le 1er décembre, fut ensuite soumis au référendum populaire des 14/15 janvier 2014. Ce texte devrait ouvrir la voie à une stabilisation du pays avec l’élection au suffrage universel d’un président de la République et d’une assemblée nationale. 

 

Lire l'article

Lire le texte de la constitution égyptienne de 2014

Pages