Analyses : Maghreb - Sahel

L’Algérie menace-t-elle la paix régionale ?

Charles Saint-Prot 
Directeur général de l'OEG

Le Forum de soutien des autonomistes de Tindouf (Forsatin) révèle que Brahim Ghali, chef du Polisario, contre lequel un mandat d’arrêt a été émis en novembre 2016 par la justice   espagnole pour génocide, torture et viol, est impliqué dans le détournement de dons humanitaires espagnols destinés à la population sahraouie séquestrée dans les camps de Tindouf. Ce site lui reproche de distraire à son profit les aides humanitaires collectées par des ONG espagnoles destinée aux personnes retenues dans les camps de Tindouf en Algérie. Selon le Forsatin, Brahim Ghali se serait constitué un véritable trésor de guerre grâce au détournement d’énormes quantités de carburant qu’il revend en toute impunité dans le nord de la Mauritanie avec son frère Ali Ould Sayed Al Mustapha. Il est vrai que le régime algérien et ses créatures (dont les dirigeants du Polisario) sont de grands adeptes de la corruption et de la rapine la plus éhontée.

Lire l'article en entier 

La nécessaire monarchie marocaine (avril 2020)

Par Charles Saint-Prot Directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques

 

Sur le plan géopolitique, la crise sanitaire due au virus chinois du Covid 19 va avoir des répercussions énormes, avec en premier lieu la fin de l’illusion ultralibérale. Elle marque également le retour du politique sur le stupide primat de l’économie. Elle souligne enfin la supériorité de la monarchie sur les systèmes soumis aux aléas de l’élection et aux lobbies de toute sorte. C’est pourquoi, le Maroc s’en sort mieux que d’autres. Lire l'article en entier. 

Le Roi du Maroc tend la main à l’Algérie

Par Dr Charles Saint-Prot, directeur général de l'OEG

La résolution 2440 adoptée, le 31 octobre 20018,  par le Conseil de sécurité des Nations unies à propos du conflit sur le Sahara marocain comporte plusieurs volets ; la reconduction du mandat de la Minurso, l’exigence que les milices séparatistes pro-algériennes  ne  retournent pas dans  la zone tampon de Guergarate et de ne transfèrent aucune structure dans le territoire du Sahara Marocain, et l’annonce de la réunion à Genève de négociateurs du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du groupe Polisario. Bien sûr ce dernier point est historique dans la mesure où la communauté internationale demande, pour la première fois, que l’Algérie  prenne part à la réunion qui aura lieu sur la question les 5 et 6 décembre 2018 à Genève.

Ainsi le Conseil de sécurité admet-il enfin la responsabilité d’Alger dans ce conflit. En effet, il faut être clair, le groupuscule séparatiste du Polisario n’est qu’une marionnette du régime algérien et la Mauritanie n’a été ajoutée au processus qu’à titre de faire-valoir. C’est bien l’Algérie qui est en cause dans la poursuite d’un confit artificiel nuisant aux peuples de la région et compromettant la nécessaire coopération entre les Etats du Maghreb pour relever les défis du XXIe siècle. 

Pour lire la suite cliquez ici 

Le Roi du Maroc tend la main à l’Algérie

Par Dr Charles Saint-Prot, directeur général de l'OEG

La résolution 2440 adoptée, le 31 octobre 20018,  par le Conseil de sécurité des Nations unies à propos du conflit sur le Sahara marocain comporte plusieurs volets ; la reconduction du mandat de la Minurso, l’exigence que les milices séparatistes pro-algériennes  ne  retournent pas dans  la zone tampon de Guergarate et de ne transfèrent aucune structure dans le territoire du Sahara Marocain, et l’annonce de la réunion à Genève de négociateurs du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du groupe Polisario. Bien sûr ce dernier point est historique dans la mesure où la communauté internationale demande, pour la première fois, que l’Algérie  prenne part à la réunion qui aura lieu sur la question les 5 et 6 décembre 2018 à Genève.

Ainsi le Conseil de sécurité admet-il enfin la responsabilité d’Alger dans ce conflit. En effet, il faut être clair, le groupuscule séparatiste du Polisario n’est qu’une marionnette du régime algérien et la Mauritanie n’a été ajoutée au processus qu’à titre de faire-valoir. C’est bien l’Algérie qui est en cause dans la poursuite d’un confit artificiel nuisant aux peuples de la région et compromettant la nécessaire coopération entre les Etats du Maghreb pour relever les défis du XXIe siècle. 

Pour lire la suite cliquez ici 

La monarchie, une chance pour le Maroc.

par Charles Saint-Prot 

Le 30 juillet 2014, lors de la Fête du Trône, le Maroc célèbre le 15ème anniversaire du règne du Roi Mohammed VI. Depuis 1999, les quinze premières années du règne sont marquées par une modernisation profonde du pays dans le respect de ses traditions et de son identité. Sous l’impulsion volontariste du Souverain, face aux nombreux défis du monde moderne et dans le contexte des crises régionales, le Royaume a tenu le cap d’un projet global ayant pour objectif un plus grand développement politique, social, économique et une diplomatie de plus en plus dynamique. 

Lire l'article

Pages