Analyses : Maghreb - Sahel

Le Roi du Maroc tend la main à l’Algérie

Par Dr Charles Saint-Prot, directeur général de l'OEG

La résolution 2440 adoptée, le 31 octobre 20018,  par le Conseil de sécurité des Nations unies à propos du conflit sur le Sahara marocain comporte plusieurs volets ; la reconduction du mandat de la Minurso, l’exigence que les milices séparatistes pro-algériennes  ne  retournent pas dans  la zone tampon de Guergarate et de ne transfèrent aucune structure dans le territoire du Sahara Marocain, et l’annonce de la réunion à Genève de négociateurs du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du groupe Polisario. Bien sûr ce dernier point est historique dans la mesure où la communauté internationale demande, pour la première fois, que l’Algérie  prenne part à la réunion qui aura lieu sur la question les 5 et 6 décembre 2018 à Genève.

Ainsi le Conseil de sécurité admet-il enfin la responsabilité d’Alger dans ce conflit. En effet, il faut être clair, le groupuscule séparatiste du Polisario n’est qu’une marionnette du régime algérien et la Mauritanie n’a été ajoutée au processus qu’à titre de faire-valoir. C’est bien l’Algérie qui est en cause dans la poursuite d’un confit artificiel nuisant aux peuples de la région et compromettant la nécessaire coopération entre les Etats du Maghreb pour relever les défis du XXIe siècle. 

Pour lire la suite cliquez ici 

Le Roi du Maroc tend la main à l’Algérie

Par Dr Charles Saint-Prot, directeur général de l'OEG

La résolution 2440 adoptée, le 31 octobre 20018,  par le Conseil de sécurité des Nations unies à propos du conflit sur le Sahara marocain comporte plusieurs volets ; la reconduction du mandat de la Minurso, l’exigence que les milices séparatistes pro-algériennes  ne  retournent pas dans  la zone tampon de Guergarate et de ne transfèrent aucune structure dans le territoire du Sahara Marocain, et l’annonce de la réunion à Genève de négociateurs du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du groupe Polisario. Bien sûr ce dernier point est historique dans la mesure où la communauté internationale demande, pour la première fois, que l’Algérie  prenne part à la réunion qui aura lieu sur la question les 5 et 6 décembre 2018 à Genève.

Ainsi le Conseil de sécurité admet-il enfin la responsabilité d’Alger dans ce conflit. En effet, il faut être clair, le groupuscule séparatiste du Polisario n’est qu’une marionnette du régime algérien et la Mauritanie n’a été ajoutée au processus qu’à titre de faire-valoir. C’est bien l’Algérie qui est en cause dans la poursuite d’un confit artificiel nuisant aux peuples de la région et compromettant la nécessaire coopération entre les Etats du Maghreb pour relever les défis du XXIe siècle. 

Pour lire la suite cliquez ici 

La monarchie, une chance pour le Maroc.

par Charles Saint-Prot 

Le 30 juillet 2014, lors de la Fête du Trône, le Maroc célèbre le 15ème anniversaire du règne du Roi Mohammed VI. Depuis 1999, les quinze premières années du règne sont marquées par une modernisation profonde du pays dans le respect de ses traditions et de son identité. Sous l’impulsion volontariste du Souverain, face aux nombreux défis du monde moderne et dans le contexte des crises régionales, le Royaume a tenu le cap d’un projet global ayant pour objectif un plus grand développement politique, social, économique et une diplomatie de plus en plus dynamique. 

Lire l'article

Pages