Archives Editoriaux

Sahara marocain : une nouvelle dynamique ?

 Charles Saint-Prot, Directeur général de l’OEG

Le texte de la résolution 2351 du Conseil de sécurité sur le conflit du Sahara marocain, adoptée à l’unanimité vendredi 28 avril 2017, reprend les principaux points du rapport du nouveau secrétaire général Antonio Guterres qui veut sortir de l’immobilisme et des positions ambigües de son prédécesseur pour créer une nouvelle  dynamique de paix. Cette dynamique devrait être accentuée par le remplacement de l’envoyé spécial au Sahara marocain, Christopher Ross, qui fut surtout le véritable porte-parole du régime algérien contre les droits nationaux du Maroc, par une personnalité plus crédible, Horst Köhler.

L’Etat-nation face à l’Europe des tribus

Par Thierry Rambaud Professeur des universités

C’est un bel essai de défense vigoureuse de l’Etat nation que vient de publier Charles Saint-Prot (L’Etat nation face à l’Europe des tribus, Le Cerf, 2017). On reconnaîtra, tout d’abord, à l’auteur deux qualités essentielles : la défense d’une vraie thèse, celle du risque de délitement de l’Etat nation que ferait encourir à la France la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, et la force d’une ferme conviction patriotique qui fait aujourd’hui bien souvent défaut, tant l’Etat est enserré et dépassé à la fois par l’Europe et par les régions.  D’une plume alerte et vigoureuse, l’auteur étaie sa thèse autour de courts chapitres stimulants et de termes combattifs et engagés : « les origines douteuses de l’eurofédéralisme », « quand les politiciens bradent la nation », « les lobbies particularistes contre le bien commun », « bienvenue au Moyen-âge »…  On retiendra particulièrement cette forte affirmation « Pourquoi la France ? Parce que, sans elle, que serions-nous? »

Une conférence pour la paix en Palestine

Par Dr Zeina el Tibi Présidente déléguée de l’OEG

Sans doute n’est-il pas nécessaire d’espérer pour entreprendre. En tout cas, il faut se féliciter de l’initiative de la France visant à faire en sorte que la question de Palestine, c’est à dire un aspect fondamental de la paix au Proche-Orient, ne soit pas oubliée et reste sur l’agenda international. 

Pages