Archives Editoriaux

Le couple franco-allemand n'existe pas

Dr Charles Saint-Prot

Directeur général de l'OEG

 

Dans un ouvrage roboratif (Le couple franco-allemand n'existe pas. Comment l'Europe est devenue allemande et pourquoi ça ne durera pas, aux éditions Michalon), Coralie Delaume écrit qu’en France, on se prévaut d'appartenir à un « couple franco-allemand » qui serait la locomotive de l'Europe. Les deux pays seraient à égalité pour conduire l’ l'Union européenne main dans la main. C’est naturellement une baliverne. Coralie Delaume note fort justement que les structures de l'Union européenne entraînent une consolidation du poids de l’Allemagne chaque fois qu'elle agit dans le sens de l'affirmation ou de la préservation de ses intérêts nationaux. C'est ce qu'elle fait désormais de manière systématique, à l'exact opposé de la France, dont les dirigeants s'inscrivent dans une perspective post-nationale et défaitiste. Loin de former un couple avec l'Allemagne, notre pays est donc  à sa remorque.

La résistance de l’Arabistan, colonie iranienne

Par le Dr Ch. Saint Prot

Le 22 septembre 2018, la résistance nationale  arabe de la province occupée d’Arabistan (dont une partie est appelée Khouzistan par les Iraniens) a porté un coup au régime de Téhéran par une audacieuse opération de commando contre une parade des Pasdarans dont une trentaine de miliciens ont été tués. Dans l’après-midi, un mouvement de la résistance arabe a revendiqué l’attaque sur l’antenne de la BBC en persan. 

Le cas de l’Arabistan, ou la région d’Ahwaz, à l’extrême sud-ouest de l’Iran, entre le Golfe, le Chatt al Arab et les monts Bakhtiar de la chaîne du Zagros, est méconnu. Pourtant avec plus de 200 000 km2 et 4,5 millions d’habitants, elle détient des ressources pétrolières considérables. Cette zone occupée par les Perses depuis 1925est  contestée jusqu'à nos jours.

Maroc : pour une nouvelle étape du développement économique et social

par Zeina El Tibi

Au Maroc, les discours du Roi sont un peu l’équivalent des discours à la nation d‘autres pays. Ils fixent le cap et les grandes lignes de la politique à suivre. Et, parce que le Roi incarne à la fois la continuité et la légitimité, il indique les grandes options d’avenir qui doivent être privilégiées. Lors du discours prononcé depuis la ville d’al Hoceima, à l’occasion de la traditionnelle Fête du Trône, le 30 juillet 2018, le Roi Mohammed VI a fixé la feuille de route et  appelé au lancement d’un vaste chantier de réformes économiques et sociales afin de consolider l’unité nationale du pays.  Selon le Souverain, il est essentiel que le Maroc continue sa marche « dans un climat d’unité, de sécurité et de stabilité, ce qui doit conduire à déjouer les « manœuvres des ennemis et les menaces de toute espèce ». Il est clair que la stabilité, l’unité nationale et le respect de l’intégrité territoriale de Tanger à Lagouira sont des lignes rouges. Ainsi, les critiques professionnels, les nihilistes et autres marchands d’illusions ne peuvent prendre le prétexte de  certains dysfonctionnements, « pour attenter à la sécurité et à la stabilité du Maroc ou pour déprécier ses acquis et ses réalisations », lesquels sont bien réels.

Pages