Archives Editoriaux

La menace chinoise

 

 

Par Charles Saint-Prot, Directeur général de l'OEG

Aujourd’hui la Chine achète une partie du monde, occupe des territoires et en menace d’autres.

La Chine achète. Par exemple, en Afrique ou dans les pays européens, la Chine est le grand prédateur du monde moderne. En Afrique, les Chinois acquièrent massivement des terres pour y cultiver des produits réservés à leur consommation (riz) ou faire des agro-carburants, des mines, des champs de pétrole, des forêts (déforestation massive pour les besoins en bois), etc. Ils se livrent à un pillage des ressources de ce continent, en particulier les ressources énergétiques qui sont une véritable obsession chinoise, sans tenir compte le moins du monde des besoins des populations et du développement durable et, en même temps, ils inondent le marché de produits bas de gamme qui assassinent l’artisanat local (on trouve des babouches en plastique faites en Chine dans les souks du Caire et d’Alger !). Dans les pays européens, la situation ne vaut pas mieux. Nos vieilles nations connaissent une colonisation rampante avec souvent la complicité d’idiots utiles, comme l’ancien premier ministre Raffarin. Plus de 10% des capacités portuaires, des aéroports (zones stratégiques essentielles bradées par les États, des vignes de grands crus classés (rebaptisées de noms chinois !), des châteaux et même les bars PMU sont achetés à des vendeurs peu scrupuleux avec l’assentiment d’États défaillants et au nom de l’idéologie absurde de l’ultralibéralisme mondialiste et prédateur.  À cela il faut ajouter l’espionnage à grande  échelle par l’intermédiaire d’étudiants ou de chercheurs, le plus souvent rattachés à l’Armée chinoise,  dans les universités et les centres de recherche occidentaux.

Le couple franco-allemand n'existe pas

Dr Charles Saint-Prot

Directeur général de l'OEG

 

Dans un ouvrage roboratif (Le couple franco-allemand n'existe pas. Comment l'Europe est devenue allemande et pourquoi ça ne durera pas, aux éditions Michalon), Coralie Delaume écrit qu’en France, on se prévaut d'appartenir à un « couple franco-allemand » qui serait la locomotive de l'Europe. Les deux pays seraient à égalité pour conduire l’ l'Union européenne main dans la main. C’est naturellement une baliverne. Coralie Delaume note fort justement que les structures de l'Union européenne entraînent une consolidation du poids de l’Allemagne chaque fois qu'elle agit dans le sens de l'affirmation ou de la préservation de ses intérêts nationaux. C'est ce qu'elle fait désormais de manière systématique, à l'exact opposé de la France, dont les dirigeants s'inscrivent dans une perspective post-nationale et défaitiste. Loin de former un couple avec l'Allemagne, notre pays est donc  à sa remorque.

La résistance de l’Arabistan, colonie iranienne

Par le Dr Ch. Saint Prot

Le 22 septembre 2018, la résistance nationale  arabe de la province occupée d’Arabistan (dont une partie est appelée Khouzistan par les Iraniens) a porté un coup au régime de Téhéran par une audacieuse opération de commando contre une parade des Pasdarans dont une trentaine de miliciens ont été tués. Dans l’après-midi, un mouvement de la résistance arabe a revendiqué l’attaque sur l’antenne de la BBC en persan. 

Le cas de l’Arabistan, ou la région d’Ahwaz, à l’extrême sud-ouest de l’Iran, entre le Golfe, le Chatt al Arab et les monts Bakhtiar de la chaîne du Zagros, est méconnu. Pourtant avec plus de 200 000 km2 et 4,5 millions d’habitants, elle détient des ressources pétrolières considérables. Cette zone occupée par les Perses depuis 1925est  contestée jusqu'à nos jours.

Pages