Archives Editoriaux

Les risques de désintégration de l’État et de séparatisme dans le monde arabe

 

Par Zeina el Tibi, présidente déléguée de l'OEG (mars 2018)

Le Centre d’études des droits du monde arabe (CEDROMA) de l’Université Saint-Joseph (USJ) de Beyrouth et l’Observatoire d’études géopolitiques de Paris ont organisé le 28 février 2018 à l’amphithéâtre Gulbenkian de l’USJ un colloque sur le thème « Les risques de désintégration de l’État et de séparatisme dans le monde arabe ».

Présidée par le professeur Marie-Claude Najm, directrice du CEDROMA, cette conférence a permis d’entendre plusieurs experts sur la question de la menace séparatiste contre l’unité nationale et l’État-nation dans le monde arabe. Mme Najm a souligné l’importance du sujet de cette conférence qui traite d’une question cruciale pour l’avenir des pays arabes.

 

Le sommet UE-UA d'Abidjan

Par Charles Saint-Prot
Directeur général de l’OEG

La cinquième édition du sommet Union européenne-Union africaine s’est tenue fin novembre 2017 à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire.

Cette rencontre doit d’abord être replacée dans le contexte de la nouvelle politique africaine de la France. En effet, il doit être clair que l’union européenne n’a évidemment aucune politique en Afrique, pas plus qu’ailleurs, et que le maître d’œuvre en la matière est la France. Plusieurs puissances développent une politique africaine. Certaines ont des visées purement hégémoniques et rêvent de piller les richesses de l’Afrique, c’est le cas de la Chine. 

La menace séparatiste

Par Charles Saint-Prot - Directeur général de l’OEG

La  question des menaces séparatistes est devenue l’un des principaux problèmes dans beaucoup de pays du monde. C’est particulièrement le cas dans le monde arabe (Irak, Syrie, Yémen) et dans certains pays européens, en particulier en Espagne avec l’affaire de la Catalogne. Cette menace contre l’unité nationale et l’État-nation prend des formes diverses qui sont autant de facteurs de régression, de division stérile et de déstabilisation régionale et internationale : risque de sécession kurde en Irak et en Syrie (mais aussi en Turquie et en Iran) avec des risques de déstabilisation régionale majeurs ; risque de sécession sur des bases ethniques ou pseudo-ethniques (Soudan, Kabylie, Libye, Kosovo, Espagne, Ecosse…) ; risques de sécession confessionnelle (Liban, Irak, Yémen) ; séparatisme encouragé par l’étranger ou par des organisations non gouvernementales d’idéologie mondialiste (jeu de l’Algérie contre le Sahara marocain), etc.

Pages