Archives Editoriaux

Vers un processus de paix au Proche-Orient ?

par Charles Saint-Prot (août 2007)

Alors que la politique des Etats-Unis en Irak fait l'objet de critiques de plus en plus vives, George W. Bush, soucieux de faire oublier ses déboires en Irak où l’armée d’occupation américaine est embourbée, a tenté, le 16 juillet 2007, de reprendre l'initiative au Proche-Orient, en appelant à une conférence internationale à l'automne pour lancer des pourparlers de paix israélo-arabes. Il a indiqué que la conférence serait dirigée par la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice et ouverte à tout pays de la région favorable à une solution au conflit israélo-palestinien comprenant deux Etats séparés. 

La politique arabe de la France

par Zeina el Tibi (mars 2007)

Trouvant ses origines dans les temps les plus anciens et étant l’expression d’une certaine idée du rôle de la France dans le monde, la politique arabe renouvelée et affirmée avec force par le général de Gaulle a été poursuivie et développée par tous ses successeurs. Cette politique qui repose sur des bases fermes et de forts principes est pour le monde arabe un facteur d’équilibre et d’indépendance. Elle vise également à maintenir les grands équilibres géopolitiques et à plaider pour une solution juste et durable des conflits, en particulier la question nationale palestinienne, afin de rendre la région plus stable et favoriser la coopération entre tous les peuples concernés. 

La boîte de Pandore

par Charles Saint-Prot (février 2007)

Alors que le président George W. Bush a décidé d’envoyer des troupes supplémentaires en Irak, le Premier ministre français Dominique de Villepin a constaté dans un entretien publié par le Financial Times, le 7 février 2007, que les Etats-Unis ont échoué en Irak : « En 2003, la France a dit fermement qu'il n'y avait pas de solution militaire en Irak. Ce que nous disions en 2003 est toujours vrai en 2007». 

Pages