Archives Editoriaux

Sahara marocain : Un conflit artificiel

Par Charles Saint-Prot, Jean-Yves de Cara, Christophe Boutin

Quarante ans après la Marche Verte du 6 novembre 1975, qui a clos la question de la colonisation des provinces du sud marocain par l’Espagne en permettant leur restitution au Royaume chérifien, une analyse d’envergure est devenue nécessaire sur la persistance du conflit sur le Sahara marocain (dit « occidental ») créé de toutes pièces par l’Algérie  et le bloc communiste au milieu des années 1970. En effet, si, malgré qu’en aient certains nostalgiques du bloc communiste, la question de l’avenir des provinces sahariennes du Maroc est résolue depuis 1975 – l’accord de Madrid du 14 novembre 1975 ayant eu pour effet de mettre fin au statut de territoire non-autonome des provinces sahariennes du Maroc -,  le conflit diplomatique et politique persiste sur la scène internationale.

Iran : l’État dangereux

Par Charles Saint-Prot, directeur général de l’OEG (janvier 2016) 

Les réactions qui ont suivi l’exécution, le 2 janvier 2016,  de terroristes d’al Qaïda et d’une poignée d’agitateurs proches de l’Iran, qui menaçaient la sécurité de l’Arabie saoudite, ont manqué de mesure  et, surtout, fait  peu cas de la situation géopolitique de cette région du monde. 

Sahara marocain : le 40e anniversaire de la Marche Verte

Par Charles Saint-Prot, Directeur de l'OEG - Novembre 2015


Le conflit du Sahara occidental est l’un des plus anciens du monde. C’est même  le plus ancien si l’on veut bien considérer qu’il s’ouvre avec le début de la colonisation du territoire par l’Espagne en 1884 avant de trouver un nouveau rebondissement avec les tentatives séparatistes qui suivront la décolonisation arrachée en 1975. 

Pages