Archives Editoriaux

Le Maroc a accueilli le Forum Mondial des Droits de l’Homme

Par Christophe Boutin (janvier 2015) 

Depuis la Conférence de Vienne sur les droits de l’Homme de 1993,l’ONU a créé le Conseil des droits de l’Homme et permis l’entrée en vigueur de deux conventions internationales et de sept protocoles facultatifs, et cette évolution s’est accompagnée de la création d’instances régionales et nationales et de la multiplication d’organisations non gouvernementales. Pour faire le point et favoriser les échanges, succédant à celle du Brésil de 2013, la seconde édition du Forum Mondial des Droits de l’Homme s’est tenue à Marrakech (Maroc) du 27 au 30 novembre 2014.Venant de 94 pays, plus de 5.000 participants représentaient les acteurs mondiaux des droits humains, allant des représentants d’ONG locales aux rapporteurs spéciaux des grandes agences internationales.

Le Maroc émergent, un partenaire irremplaçable pour la France

Par Charles Saint-Prot novembre 2014

Lorsque nous évoquions l’exception marocaine  lors des agitations qui avaient gagné un bon nombre de pays arabes en 2011, nous ne pensions pas que l’avenir nous donnerait raison aussi vite. Aujourd’hui, nous voyons bien combien ces agitations ont eu des conséquences néfastes sur le développement économique, en particulier en Tunisie et en Egypte. D’autres pays arabes stagnent dans un inquiétant immobilisme, ils sont figés dans le carcan de systèmes opaques, clientélistes et usés, menacés à tout moment de s’écrouler dans la violence.

Ce que la crise ukrainienne nous dit de l’Union européenne.

Par Christophe Boutin (septembre 2014)

Avoir une idée même approximative de la situation en Ukraine en cette fin 2014 semble un exercice des plus ardus. Comment en effet connaître les attentes réelles des populations concernées au vu de la bataille de l’information à laquelle se livrent les deux camps, s’accusant mutuellement des pires dérives extrémistes ? À quoi il faut ajouter le tropisme systématiquement « anti-poutinien » de nombre de médias occidentaux, toujours acharnés à démontrer que la paix ne peut naître que de l’autodénigrement et du renoncement à son histoire… Quoi qu’il en soit, il est difficile de ne pas voir dans le traitement de cette crise une preuve de l’échec de la politique menée par une Union européenne qui ne sait pas exister dans les domaines des relations internationales et de la défense.

Pages