Rencontre au Parlement européen à Strasbourg sur le Maroc émergent

Le Groupe d’amitié Union européenne a invité l’Observatoire d’études géopolitiques, le 26 novembre 2014, à Strasbourg pour une rencontre avec les parlementaires européens et des cadres des institutions européennes, notamment le Conseil de l’Europe, sur le thème le Maroc émergent à l’occasion de la parution du livre d'Henri-Louis Védie Maroc émergence et développement global. 

Plusieurs parlementaires et collaborateurs parlementaires, des personnalités du Conseil de l’Europe dont Jean-Marie Heydt, président de la Conférence des OING et président du Centre Nord Sud, et des fonctionnaires européens ont assisté à la réunion présidée par le député européen Gilles Pargneaux.

Charles Saint-Prot, directeur de l’Observatoire d’études géopolitiques, a mis en exergue l’exception marocaine dans tous les domaines et la vision d’avenir de la monarchie marocaine. Il a appelé l’attention des parlementaires et des assistants sur le rôle « indispensable et irremplaçable » du Maroc pour la stabilité et la sécurité régionale et les relations entre les deux rives de la Méditerranée. Le Maroc est « le seul partenaire sérieux et fiable au Maghreb et dans la zone sahélo-saharienne ».

Henri-Louis Vedie, professeur HEC et auteur de Maroc émergence et développement global (éditions Eska) a exposé les grandes lignes de l’émergence et du développement global du Maroc. Il a mis l’accent sur la résilience de l’économie marocaine face à la crise internationale et la cadence de sa croissance, en soulignant que cette vision socio-économique irrigue tous les territoires du Maroc.

Christophe Boutin, universitaire (Université de Caen), a rappelé l’importance de la politique africaine du Royaume développée par le Roi Mohammed VI. Après avoir souligné l’importance de la politique religieuse du Maroc contre l’extrémisme et le fanatisme, il a tracé les grandes lignes de la diplomatie sud-sud du Roi Mohammed VI, soulignant l’originalité des relations bilatérales développées dans ce cadre par le Maroc et la nature des partenariats qu’il tisse avec ces pays, en précisant que la politique marocaine s’adapte aux demandes locales dans le respect des souverainetés des pays. Le professeur Boutin a également expliqué que cette politique n’est pas une concurrence pour les pays européens, notamment la France, mais s’inscrit dans une indéniable complémentarité.

Lors des débats, les différents intervenants ont mis l’accent sur le statut du Maroc comme « partenaire naturel, stable et fiable » de l’Union européenne et son rôle de trait d’union entre l’Europe et l’Afrique.