Renforcement du partenariat stratégique franco-saoudien


par Charles Saint-Prot (août 2006)

 

La visite à Paris, du 19 au 22 juillet 2006, du Prince Sultan Ibn Abdelaziz Al Saoud, Prince héritier et ministre de la Défense d'Arabie Saoudite, a constitué une nouvelle étape dans le renforcement du partenariat stratégique entre la France et l’Arabie saoudite. Le président de la République, Jacques Chirac, a exprimé le souhait de poursuivre le partenariat stratégique entre les deux pays par des consultations politiques approfondies et en participant notamment au développement des capacités saoudiennes de défense du Royaume. A l’occasion de la visite du Prince Sultan, la France et l'Arabie saoudite ont signé deux accords fixant le cadre de la coopération entre les deux pays en matière d'équipement militaire. Les programmes associés qui découlent de ces accords seront finalisés, pour certains d'entre eux, très rapidement, comme les hélicoptères ou les avions ravitailleurs Airbus et pour d'autres, plus tard, en fonction de l'avancement des discussions bilatérales. Il s'agirait en particulier des projets concernant l'avion de combat Rafale, les bâtiments de surface, les sous-marins et les chars Leclerc.
 
Par ailleurs, le président Chirac et le Prince Sultan ont évoqué les récents événements au Proche -Orient, en particulier l’attaque israélienne contre le Liban (juillet 2006) et la situation dans les territoires Palestiniens. Ils ont exprimé une parfaite identité de vues en condamnant « les actes de violence qui ont essentiellement pris pour cible les populations civiles, les biens et les infrastructures, en violation flagrante du droit international et humanitaire » et appelé à la relance des plans de paix tels que la « Feuille de route » et l'initiative de paix arabe adoptée, sur proposition de l’Arabie saoudite, par le Sommet arabe de Beyrouth en 2002. Ils ont également réaffirmé la nécessité de poursuivre les efforts visant à préserver l'intégrité et l'unité territoriales de l'Irak, le retour à la stabilité, le rejet du communautarisme et de toute ingérence dans les affaires intérieures irakiennes. Enfin les deux parties sont convaincues qu’il convient de procéder à une dénucléarisation militaire de toute la région et de préserver l’équilibre stratégique et la stabilité dans le Golfe arabe.
 
Paris et Riad ont des positions très proches sur la plupart des grands dossiers régionaux et internationaux. Pour ce qui concerne le Proche-Orient où la situation ne cesse de se dégrader du fait de l’activisme états-unien et du soutien aveugle apporté par Washington à Israël, il est constant que le plan saoudien de paix constitue une base solide et réaliste pour parvenir à une paix juste et globale. En outre, Paris et Riad soulignent que l’escalade de la violence en Palestine, au Liban et en Irak ne fait que renforcer les extrémistes et accroître la menace terroriste. Enfin, sur le plan international, les deux pays prônent, d’une part, l’établissement d’un ordre international plus équilibré, fondé sur le respect du droit et le multilatéralisme, et, d’autre part, le dialogue des civilisations. Sur ce point, l’Arabie saoudite, principale puissance arabe et musulmane, souhaite mettre son influence et sa puissance au service d’un nouveau dialogue entre les civilisations. Comme le précise le roi Abdallah, ce dialogue doit être fondé « sur une meilleure connaissance réciproque, sur le respect de chacun, sur la préservation des diversités et des cultures ». Lors de sa récente rencontre avec le président Chirac, le Prince héritier Sultan Ibn Abdelaziz al Saoud a rappelé toute l’attention portée par son pays à une meilleure compréhension réciproque entre le monde musulman et les autres civilisations. 
 
Le partenariat stratégique entre les deux pays a été instauré, en 1996, lors de la visite de Jacques Chirac dans le Royaume et de sa rencontre avec le Prince Abdallah qui était alors Prince héritier (et qui a succédé au roi Fahd en août 2005). Ce partenariat stratégique qui englobe tous les domaines : la diplomatie, la politique, les relations économiques, la coopération en matière militaire et de sécurité sans oublier le volet culturel, sera consolidé lors du voyage officiel en France du Prince Abdallah, le 16 septembre 1998 puis par une visite du président Chirac à Riad, en novembre 2001 et une visite officielle du Prince Abdallah à paris en avril 2005. Il a été réaffirmé avec force lors de la visite d’Etat du président Chirac à Riad en mars 2006. La France, membre permanent du conseil de sécurité des Nations Unies dont la voix est écoutée dans les instances internationales, et l’Arabie saoudite, qui s’est repositionnée comme un nouveau chef de file de la nation arabe et est le coeur du monde islamique, ont chacun un poids important sur la scène internationale. Leur lucidité, leur conviction commune que les crises régionales doivent trouver une solution politique et leur souci des équilibres apaisants en font des acteurs essentiels dans un monde perturbé et en quête de plus de stabilité. Dans ces conditions, tout conduit les deux pays à renforcer leur coopération dans tous les secteurs. Aujourd’hui, la consolidation d’un axe Paris-Riad est une ardente obligation.