afrique

Sud-Soudan : un nouveau facteur de déstabilisation en Afrique

par Charles Saint-Prot (janvier - février 2011)

A la suite du scrutin, qui s'est déroulé du 9 au 15 janvier 2011, le parti sécessionniste des provinces du sud a obtenu que le Soudan soit divisé en deux Etats distincts. Une séparation est toujours un échec, comme un divorce. Avec cette division, le Soudan perdra son rôle de pays trait d'union, entre l'Afrique musulmane et l'Afrique animiste, entre Arabes et non-arabes. 
 
L'ancienne puissance coloniale britannique avait tout fait pour nuire à l'unité du pays en entravant l'enseignement de l'arabe au Sud-Soudan au profit de l'anglais et en encourageant une christianisation sectaire. Les Etats-Unis et Israël avaient pris le relai en entretenant une rébellion séparatiste dont on a voulu faire croire qu'elle se fondait sur une opposition religieuse alors que les régions du sud sont moins chrétiennes qu'animistes et il n'y a jamais eu de discrimination religieuse au Soudan. Durant la guerre civile (1983-2005), plus de deux millions de Soudanais du sud s'étaient réfugiés au nord, à Khartoum ! 

Pages