chine

Crise grecque : activisme chinois et paralysie eurocratique

par Charles Saint-Prot (novembre - décembre 2010)

Début octobre 2010, la Chine a confirmé sa participation au renflouement de la dette grecque et fait savoir qu’elle s’engageait à soutenir la Grèce dans ses emprunts futurs. Bien entendu, ce secours chinois au pays le plus endetté de l’Union européenne n’a rien de charitable. En effet, en même temps, on apprenait que Pékin et Athènes avaient signé deux accords-cadres sur les investissements chinois en Grèce et sur les échanges culturels entre les deux pays. 
 
Ces accords auront pour effet pour but d’accélérer les investissements chinois en Grèce, sachant que les entreprises chinoises ont déjà commencé à s’implanter d’une façon conséquente. Par exemple, plus de la moitié du port du Pirée, le principal port du pays, est géré par le géant maritime chinois China Ocean Shipping Company (COSCO); ce qui permet de sécuriser et de maîtriser directement un débouché stratégique pour les produits chinois en Europe en affaiblissant les barrières protectionnistes pour tenter de protéger le vieux continent de l’invasion des produits asiatiques. 

Pages