Egypte

L’Égypte sur la voie des réformes

par Charles Saint-Prot Directeur général de l’OEG

Le referendum visant à modifier la Constitution égyptienne a eu lieu du 20 au 22 avril. Il a réuni 44,33% de votants (88,83 de oui), ce qui est plutôt convenable dans un pays où l’abstention est traditionnellement importante (28,3 % aux élections législatives de 2015, 41,9 % au referendum constitutionnel de 2011, 38,6 % au referendum constitutionnel de 2014). Cette révision constitutionnelle a été rendue nécessaire par le fait que le pays est engagé dans une phase de reconstruction. Il faut du temps pour que les dirigeants  qui ont imprimé cette ligne de développement puissent réaliser leurs objectifs. En outre, l’Égypte a été prise dans les turbulences des événements de 2011, la dictature des  Frères musulmans, et un environnement géopolitique difficile avec ce qui se passe  en Libye, en  Algérie, au Soudan ou en Palestine, qui sont tous des voisins d’une nation qui doit par surcroit surmonter des défis sécuritaires (notamment dans la région du Sinaï proche de Gaza), économiques et sociaux. Relever l’ensemble de ces défis est le grand pari engagé par le président Abdelfattah el Sissi

Pages