Mohammed V

Le Roi et le peuple

par Frédéric Rouvillois (mars 2012)

Tout au long de l'année 2011, les commentateurs se sont demandé comment le Maroc était parvenu à échapper aux tempêtes des crises arabes. Comment le royaume chérifien a-t-il réussi, non seulement à résister à la tourmente, mais à en profiter pour accélérer le processus de modernisation de l'État – lequel s'est traduit, dès le 1er juillet 2011, par l'adoption d'une nouvelle constitution, puis, le 25 novembre, par des élections législatives parfaitement conformes aux critères démocratiques ? A cet égard, on ne peut se contenter de constater l'existence d'une exception marocaine : encore faut-il l'expliquer. Or, la réponse à cette énigme figure, au moins en partie, dans le dernier ouvrage du politiste et islamologue Charles Saint-Prot, Mohammed V ou la monarchie populaire. 
 
L'auteur propose donc à la fois une réflexion sur les lois de la politique du Maroc et un passionnant document historique consacré à l'action de ce souverain (1927-1961), seul chef d'Etat étranger à avoir été admis dans l'ordre des Compagnons de la Libération, qui a marqué l'histoire de son pays en consolidant les bases d'une monarchie réformiste. 

Pages