sahara

Iran : l’État dangereux

Par Charles Saint-Prot directeur général de l'OEG

En décidant  de retirer les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien et de rétablir les sanctions contre l’Iran le président Donald Trump a souligné, le 8 mai 2018, que le  Plan d'action global conjoint (JCPOA), conclu en 2015,  était le « pire accord jamais signé par son pays ». En effet, cet accord, qui doit tout à l’ex-président Obama qui voulait opérer un renversement des alliances dans la cadre de sa stratégie destructrice dont les prétendus « printemps arabes » sont une triste illustration, était une sorte de marché de dupe qui a surtout permis au régime iranien de se renforcer et de continuer à menacer toute la région du Proche-Orient, de l’Irak et Bahreïn jusqu’au Maroc, en passant par le Yémen, la Syrie et le  Liban. En effet, l’Iran est bien l’État dangereux menaçant la stabilité de toute la région, directement ou par l’intermédiaire de son bras armé dans le monde arabe, le Hezbollah qui encadre des terroristes un peu partout, y compris les séparatistes du Polisario contre le Sahara marocain. Il ne faut pas oublier que le régime islamo-chauviniste (chiito-persan) des mollahs poursuit le rêve de reconstituer l’empire perse de Cyrus jusqu’à la Méditerranée et il s’enorgueillit de dominer déjà quatre capitale arabe (Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa). Ce régime impérialiste constitue un danger pour la sécurité de tous les États de la région jusqu’au Maroc.

Pages