liban

Liban : la responsabilité de la communauté internationale

par Zeina el Tibi (Juillet 2006)

Aujourd’hui, la communauté internationale assiste dans la plus totale indifférence au massacre du Liban. Le problème n’est pas de savoir qui est responsable des événements mais bien de constater qu’il s’agit d’une guerre globale préparée depuis longtemps et répondant à des calculs non-libanais. Selon l’analyste israélien Uri Avnery (http://www.avnery-news.co.il), le gouvernement israélien saisissant un prétexte, comme il l’avait fait lors de l’invasion du Liban en 1982, a pour objectif de mettre à la tête du Liban un gouvernement fantoche qui accepterait l’implantation des réfugiés palestiniens et signerait une paix séparée. Le Liban est, une fois de plus, pris en otage et victime d’opérations israéliennes qui visent d’autres objectifs que le motif allégué et sont manifestement disproportionnées et en totale violation du droit international. En effet, le droit international humanitaire exige que toute attaque soit soumise au principe de proportionnalité et soit limitée à l'usage de moyens et méthodes de combat adéquats au regard de l'objectif militaire visé. Tel n’est évidement pas le cas puisque les bombardements visent indistinctement des camions transportant des vivres et des médicaments, des ambulances, des maisons, des centres abritants des réfugiés (par exemple l’église du village de Aita al Fakhar, bombardée le 18 juillet), des sociétés de produits alimentaires ( par exemple, Liban-lait dans la Békaa), des quartiers populaires, des infrastructures civiles situées dans des régions où l’on n’a jamais vu un seul militant du Hezbollah, etc..

Pages