maroc

Maroc : L'évolution dans la stabilité

par Charles Saint-Prot (juillet - août 2011)

La réforme constitutionnelle lancée par le discours du roi Mohammed VI, le mars 2011, et conclue, après une large consultation, par le référendum du 1er juillet, n'est pas conjoncturelle. Elle n'a pas pour objet d'être dans l'air du temps, de coller artificiellement à un quelconque « printemps arabe » dont on sait bien que c'est davantage un slogan médiatique qu'une réalité indiscutable. 
 
À vrai dire, cette réforme constitue un choix stratégique propre à une vieille nation qui a ses propres réalités sociales, économiques et politiques. Il faut rappeler que la dynamique de réforme a été initiée depuis les années 1990, plus particulièrement depuis 1999, date de l'accession au trône du roi Mohammed VI qui a véritablement enclenché une dynamique réformatrice globale marquée par de nombreuses initiatives (Code de la famille, Instance équité et réconciliation, Initiative nationale pour le développement humain, réforme du champ religieux, régionalisation, installation du Conseil économique et social, etc.) 

Pages