méditerranée

Quelle union pour quelle Méditerranée ?

par Zeina el Tibi et Charles Saint-Prot (juillet 2008)

La question des relations entre les deux rives de la Méditerranée est aussi vieille que le monde. De tout temps, les civilisations qui se sont développées dans cet extraordinaire espace, se sont rencontrées, confrontées, associées. Les peuples qui ont la Méditerranée en partage sont à la fois des voisins et des cousins. En ce début du troisième millénaire, ils ont l’ardente obligation de s’organiser pour continuer à faire de cette région du monde la grande « accoucheuse de civilisations » qu’elle a toujours été.
 
Depuis le début des années 1970, les tentatives de créer des liens de part et d’autre du lac méditerranéen n’ont pas manqué : le Dialogue euro-arabe, de 1973 à 1990 ; le Dialogue 5+5, lancé en 1990 ; le Processus de Barcelone et Politique européenne de voisinage. Alors que, depuis la chute de l’ancien bloc soviétique, les Européens se sont tournés vers l’Europe centrale et orientale en oubliant leur sud, il revient au président de la République française le mérite d’avoir replacé la Méditerranée au centre des géométries politiques. Partant de la constatation que le Processus de Barcelone n’a pas répondu aux attentes et s’était enfermé dans un dispositif technique et poussif, le président Nicolas Sarkozy a lancé l’idée d’une Union méditerranéenne entre les pays riverains et il a défini ce projet dans un discours prononcé à Tanger, le 23 octobre 2007.

Pages